Scroll to top

Laboratoire d’Anthropologie de la Fuite / Anthropology of Escaping Lab’.

Fr. / Une jeune équipe pluridisciplinaire s’interroge sur le sens de la fuite, collectant dans les bagnes, prisons et autres lieux de privation de liberté les objets qui nous renseignent sur les envies d’ailleurs de ceux qui sont assignés à résidence pour longtemps ou pour toujours. Nous avons récemment reçu le renfort de collègues experts en anthropologie expérimentale en provenance de Guyane française.

Eng. / A young multidisciplinary team is investigating the meaning of flight, collecting objects from prisons, penal colonies and other places of deprivation of liberty that tell us about the desires of those who are under arrest for long or forever. We have recently received the support of fellow experts in experimental anthropology from French Guiana.

 

Collection de bastringues de Guyane française / Collection of convict’s anal cases from French Guiana

Fr. / Une collaboration entamée depuis avril 2019 avec le Laboratoire d’Anthropologie de la Fuite (LAF) et le Musée des Echappés de Saint-Laurent du Maroni (Guyane française), a pour objectif de constituer une collection d’objets contemporains du bagne guyanais. On notera principalement une série unique de “bastringues” étuis anals où les bagnards cachent l’outillage qui va permettre leur évasion. Récemment, les collections se sont enrichies de nouveaux objets (toilettes turques, pochette de travestissement…) découverts grâce à l’acharnement de l’équipe. Du fait des contraintes inhérentes à la collecte et à la documentation de ce type d’objets, seuls quelques-uns sont pour l’heure visibles au Musée des échappés, dont les pièces suivantes:

Eng. / A collaboration started in April 2019 with the Laboratoire d’Anthropologie de la Fuite (LAF) and the Musée des Echappés from the city of Saint-Laurent du Maroni (French Guiana), aims to build up a collection of contemporary objects from the Guyanese penal colony. The main attraction is a unique series of “bastringues”, anal cases in which convicts hide the tools that will allow them to escape. Recently, the collections have been enriched with new objects (Turkish toilets, transvestite pouch…) discovered thanks to the team’s determination. Due to the constraints inherent in collecting and documenting this type of object, only a few are currently visible at the Escape Museum, including the following pieces:

* Bastringue du bagnard aux échelles / Ladder convict anal case – Éléments pour une sortie par le haut.

* Bastringue à scies-moustache / Moustache-saw anal case – Le tout n’est pas de scier les barreaux de sa cellule, mais bien de se fondre dans la population une fois dehors…

* Bastringue à clef-pistolet / Gun-key anal case – Ouvrez les portes et tenez en joue vos gardiens.

* Toilettes turques du bagne des Annamites / Squat toilet from the Annamites’ prison – La découverte de cet objet est à l’origine d’une thèse révolutionnaire sur l’origine de la forêt tropicale guyanaise.

* Brosse du bagnard et sa pochette / Convict’s brush and its pouch – Stratégies de travestissement.

Bastringue à scie-moustache (pièce 00.002) / Moustache-saw anal case

 

Serre clandestine à pissenlit géant du goulag de Vorkhouta / Vorkhuta Gulag Giant Dandelion Clandestine Greenhouse

Fr. / [Bientôt].  Dans les derniers vestiges du bagne de la Vorkhouta, des prisonniers ont jusqu’aux années 1970 utilisé pour communiquer avec leurs familles situées dans le sud de la Russie des graines de pissenlit géants, lancées par temps de blizzard et parcourant des milliers de kilomètres avant de se planter et de fleurir dans les steppes, accompagnées de brefs messages. Dans le climat polaire, tout l’enjeu était de réussir à cultiver en toute discrétion quelques plants de pissenlit géant, malgré le froid et l’obscurité.

Eng. [Soon]. In the last remnants of the Vorkhuta penal colony, the prisoners until the 1970s used giant dandelion seeds, thrown in blizzard winds and that travelled thousands of kilometres before planting and flowering in the steppes, accompanied by brief messages, to communicate with their families in southern Russia. In the polar climate, the challenge was to manage to grow a few giant dandelion plants discreetly, despite the cold and darkness.